Un balayeur noir, un vrai français tout noir...

Publié le par LUGGY ou LUGGUY

Le balayeur tout seul,

 le balayeur tout noir

 

 

 

 

Le balayeur était seul.

Tout seul.

Il était noir.

 Tout noir.

A la lumière écarlate qui lui venait du ciel,

Il répondait:  "Bien sûr, je suis là,

Bien sûr je suis seul,

Bien sûr je suis un nègre,

Bien sûr, je suis heureux."

Le pauvre bougre qui attendait encore

Se leva afin de se tirer du corps

Les bottes noires de boue et de désillusions

Qu'il traînait sur le sol avec moins de passion

Qu'hier encore quand il chantait si fort

Je t'aime, je t'adore, tu es ma seule raison

Devant un peuple blanc et rouge de colère,

Devant un peuple tout noir et bleu de désespoir,

Devant une femme forte qui riait aux éclats,

Eclaboussant les autres de son rire irritant ;

Tout au fond de la rue, sur un trottoir tout noir,

Il y avait un homme, un balayeur tout noir,

Qui attendait, sans doute, sur le bord du trottoir

Tout près de son balai, une lueur d'espoir…

 

 

 

 LUGGUY GUY- JOSEPH
in

 


Texte poétique publié dans "EMPREINTES" revue de la TAVERNE AUX POETES numéro 3

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article