Poème de l'an nouveau 2015: En cette année qui commence, vers quel chemin je m'élance?

Publié le par LUGGY ou LUGGUY

 
COMPLAINTE POSITIVE 2015
 POUR UN AN NOUVEAU POETIQUE
 
Année qui s’achève, année qui commence
Dans quel avenir doucement je m’élance ?
Les souhaits sont présents dans tous les esprits
Le ciel phénomène où mon cœur est bien pris
Chante les louanges poétiques des  premiers jours
Et pluie cingle tranquillement toits des faubourgs.
 
Dans l’horizon astral d’une terre sans cratère
Un bouquet de violettes à l’orée d’un bois,
Un coucher de soleil sur une terre aux abois,
La surface d’un lac de montagne, claire comme verre,
La beauté immaculée des pics enneigés,
Le chant délicieux et imprévisible d’un beau geai,
L’orange infini d’un champ immense de tournesols,
Délicates pâquerettes en blancs tapis de sol,
Brouillard du matin engrisaille hamamélis
Minois des bergères penchant sur bouquet de lys.
 
Année qui commence, année qui s’achève ;
Vers quelle existence doucement je m’élève ?
La rousseur délicate des bourgeons verts d’hiver
Dessine sépia divine en murs de ville en fleurs.
Un puzzle emblématique, camaïeu de couleurs
Où les désirs des hommes en rêves femmes océanes
Célestement déposent leurs clartés diaphanes :
L’horloger Nouvel an remonte ses pendules,
Le paysan du Mont Pelas embrasse sa mule :
Les petits chanteurs nous enveloppent d’une langueur
Qui pénètre les atmosphères et touchent les cœurs,
Chœurs des enfants jetés aux vents des plaines,
Vieille en sari tricote ses petits bouts de laine,
Le grand facteur lissant ses noires et belles moustaches
Distribue les lettres de vœux : ah la belle tâche !
L’année commencée s’enveloppe de rouges en cavale,
Parfums enivrants faufilent fragrances et dédales,
Mois de janvier déjà quelque peu engourdi,
Et les poètes du soir rangent les porteplumes
Bien sagement, tout au fond de leurs vieux gourbis.
Il est tant de ranger aussi ma plume de fiel
Dans le plumier offert à Noël arc-en ciel.
Année qui s’achève et année qui s’élance,
Quoiqu’il arrive demain, vers poésie je m’avance.
 
Lugguy Guy-Joseph (le jour du O Guy l’an neuf)
 
Extrait du recueil : "Secrets chuchotés à l'oreille des poètes de l'Ouest")
(edité par la Plume Angevine)
 
(publié dans la revue GROGNARD en 2013
 

Commenter cet article